Le démarrage idéal de la population active en Flandre et en Wallonie

Jeudi, August 3, 2017

Se lever tôt, déjeuner sur le pouce, se glisser dans la file pour s’asseoir juste à temps à son bureau. C’est le scénario catastrophe parfois avancé pour illustrer la vie active. Mais ne s’agit-il pas de l’amère réalité ? Nous rendons-nous vraiment au travail le cœur léger jour après jour ? En tant qu’employeur, comment susciter au mieux un sentiment d’enthousiasme ? Ou tout cela a-t-il moins d’importance qu’il n’y paraît ?

Dans le benchmark "In control of our moment", nous avons examiné ce qui se passe chez différents travailleurs en Flandre et en Wallonie et quelles sont leurs préoccupations en ces temps de changements rapides. L’un des aspects ayant le plus éveillé notre curiosité concernait la question: "Quelles sont les principales motivations poussant à aller travailler ?". Le second aspect que nous avons examiné à cette occasion concernait l’opinion de différentes catégories d’âge face à cette question. Existe-t-il d’importantes différences entre les travailleurs plus jeunes et leurs aînés ?

Je travaille donc je suis
Le travail détermine en grande partie le sentiment d’estime de soi et du statut social. Avoir un emploi, c’est faire partie d’une communauté. La collaboration avec des collègues est donc une importante motivation dans la recherche d’un emploi, même si "faire partie d’une communauté" ne fait pas tout. Les motivations à travailler sont nombreuses, parmi lesquelles la rémunération, le statut, un réseau social ou encore l’épanouissement personnel.

En examinant les déclarations des répondants à l’enquête benchmark, force est de constater que la majeure partie se rend au travail avec enthousiasme. Les quadragénaires et les sexagénaires admettent tout particulièrement se rendre quotidiennement au travail avec enthousiasme. 

Presque 1 répondant sur 5 déclare aller travailler par routine. Remarquons à cette occasion que 30 % des 20 à 30 ans, qui n’en sont qu’au début de leur carrière, déclarent se rendre au travail de manière routinière. Ce pourcentage n’est aussi élevé dans aucune autre catégorie d’âge. Doivent-ils encore se faire à la transition entre l’état d’étudiant et celui de travailleur ? Ou les personnes de 30 ans et plus ont-elles trouvé une meilleure manière d’appréhender la vie active ?

La journée de travail idéale

Quoi qu’il en soit, nous pouvons affirmer que la plupart des travailleurs se rend au travail le cœur léger. La journée de travail idéale diffère naturellement d’une personne à une autre, ce qui ne nous empêche pas d’examiner la manière dont l’on préfère démarrer sa journée de travail.

Le travail joue un rôle sociale important : un mot échangé avec des collègues, voilà comment un tiers des répondants préfère démarrer sa journée, suivi de près par la consommation d’une tasse de café. Beaucoup combinant d’ailleurs ces deux activités. Apparemment, ce sont d’ailleurs les générations les plus jeunes et les plus vieilles qui apprécient particulièrement de s’installer à leur bureau avec une tasse de café pour consulter leur courriel.

Remarquons qu’être attentif à un bon contact avec des clients, résidents ou patients, ces personnes pour lesquelles nous allons travailler, finalement, ne semble être prioritaire que pour les répondants à partir de 30 ans et que cette tendance augmente avec l’âge.

Finalement, 8 % déclarent commencer leur journée de travail
autrement, à savoir :
● avec une tasse de thé ou un verre d’eau
● par une petite visite à chaque département
● en commençant à travailler sans tarder
● en parcourant l’agenda et le planning

La file en vaut la peine
Pour faire court, nous pouvons affirmer que, malgré les vicissitudes matinales, l’on se rend en général au travail avec enthousiasme. Sur le lieu de travail, le contact avec des collègues est grandement apprécié. On se recherche, s’échange les impressions de la journée et partage les derniers changements dans nos vies. L’image classique des petits échanges devant la machine à café perdure et participe à l’enthousiasme et au contentement que l’on retire de son travail. Vous avez donc tout intérêt, en tant qu’employeur, à promouvoir cela le plus possible. Une bonne tasse de café favorise la conversation, tout comme un espace ouvert accueillant pour lieu de rencontre.

Compte-rendu d’enquête gratuit
Vous voulez en savoir plus au sujet du marché de l’emploi ? Sur les aspects spécifiques du healthcare ou seulement de celui du business & industry ? Ou pour chaque génération ? Ou plus particulièrement pour la Flandre ou la Wallonie ? Le compte-rendu d’enquête complet "In Control of you moment: Que se passe-t-il lorsque quatre générations coexistent au sein de l’organisation ?" peut dès maintenant être téléchargé gratuitement en passant par ici.