L’effet engendré par un compliment au travail

Jeudi, August 3, 2017

Chaise rapprochée, dernière gorgée de café avalée, nous voilà prêts à démarrer les premières tâches de la journée. La plupart des gens s’en vont jour après jour travailler le cœur léger. Mais quelle est la meilleure motivation ? La reconnaissance et la valorisation. En tant qu’employeur, faites-vous suffisamment d’efforts à ce sujet ?

De nombreuses enquêtes ont exploré ce qui nous motive en tant qu’être humain. L’un des effets les plus connus à ce sujet est la pyramide de Maslow. De nombreux besoins présents dans cette pyramide sont assouvis au travail. Notre salaire met du beurre dans nos épinards, notre contrat de travail participe à la sécurité ressentie, et nos collègues fournissent (une partie de) notre contact social. Le besoin en valorisation et en reconnaissance est lui aussi fréquent au travail. Il est agréable de sentir que son travail n’est pas inutile.

 

 

Lors de notre propre enquête benchmark "In control of our moment", nous avons demandé à nos répondants s’ils se sentent suffisamment valorisés et à quoi ils le remarquent. 7 % des répondants estime ne pas obtenir suffisamment de valorisation. C’est heureusement le cas pour les autres. La majeure partie d’entre eux, près de 63 %, se rend compte de sa valorisation à travers l’indépendance et la confiance obtenues.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Que pourrait-on améliorer ?
Nous avons également demandé ce qui pourrait être amélioré dans cette valorisation. Qu’est-ce qui manque encore ? 50 % des répondants a déclaré:  "un feedback positif". Il suffit de regarder l’âge de nos répondants pour se rendre également compte que les plus jeunes générations éprouvent un besoin en compliments supérieur à la moyenne. Sans doute pour leur confirmer qu’il font ce qu’il faut correctement. Leurs collègues plus âgés y sont clairement moins sensibles, bien que le besoin de compliments soit également bien présent chez la plus vieille génération.

Une petite adaptation peut suffire à faire des miracles
Si tant de personnes ont le sentiment de ne pas avoir suffisamment de compliments ou de feedback positif, peut-être devrions-nous y consacrer plus d’attention. Ce qui est déjà possible rien qu’en adaptant légèrement le style du leadership. Dans son livre "The one minute manager", Kenneth-Blanchard décrit une approche orientée vers un rapportage immédiat et clair.

Blanchard affirme qu’il faut commencer par établir des objectifs professionnels très concrets pour chaque collaborateur. Faites-leur-en noter chaque description sur une feuille en maximum 250 mots pour qu’ils les relisent régulièrement et en discutent. Ensuite, il est essentiel de rapporter très clairement et directement au sujet de la situation. Sous forme d’un compliment succinct et d’une indication rapide des points à développer. Lorsque vous voyez un travailleur entreprendre une action contribuant à ses objectifs, prenez sans tarder le temps de lui faire un compliment. Soyez précis et ajoutez la raison pour laquelle son comportement est bénéfique à l’entreprise. Le même principe vaut lorsque quelqu’un fait quelque chose qui ne convient pas. Prenez dès lors aussi le temps, rapportez à cette personne au sujet d’une meilleure approche tout en lui expliquant comment faire et pourquoi. N’oubliez pas d’exprimer la valeur que vous accordez à cette personne avant de retourner à vos occupations.

Soyez généreux, ne lésinez pas sur les compliments
La reconnaissance et la valorisation sont pour bien des gens une raison importante d’aller travailler jour après jour avec motivation. Beaucoup de gens se rendent également compte que s’ils obtiennent la reconnaissance, le feedback positif leur fait défaut. Un compliment de temps à autre fait donc beaucoup de bien ! Il suffit de quelques petits ajustements dans le style du leadership pour déjà vous permettre de renforcer la motivation de vos collaborateurs.

Compte-rendu d’enquête gratuit
Vous voulez en savoir plus au sujet du marché de l’emploi ? Sur les aspects spécifiques du healthcare ou seulement de celui du business & industry ? Ou pour chaque génération ? Ou plus particulièrement pour la Flandre ou la Wallonie ? Le compte-rendu d’enquête complet "In Control of you moment: Que se passe-t-il lorsque quatre générations coexistent au sein de l’organisation ?" peut dès maintenant être téléchargé gratuitement en passant par ici.